Saint-Malo et la voile : une terre de conquérants des mers

Depuis le début de son histoire, la ville de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) est indissociable de la mer qui l'entoure. Marins, corsaires, marchands, armateurs, grands navigateurs et skippers ont foulé son sol et pris la mer depuis son port. Aujourd’hui, la cité malouine est une station balnéaire de renom qui accueille de nombreuses activités nautiques et de grands événements sportifs. 

 

D’abord occupé par quelques pêcheurs, ce rocher côtier sert à plusieurs reprises de refuge avant de devenir Saint-Malo-en-l’Isle au XIIe siècle. La ville prend finalement son essor au XVIe siècle avec le développement du commerce et de la navigation.  

 

Une cité d’armateurs et de grands explorateurs  

Saint-Malo devient une place commerciale importante au début de l’époque coloniale et tisse de nombreux liens avec les Indes. La ville se développe sous l’impulsion de puissants armateurs tel que Jacques Cartier qui colonise le Canada. Le 11 mars 1590, Saint-Malo déclare même son indépendance vis-à-vis du royaume de France et devient pendant quatre ans une micronation, la République de Saint-Malo.  

La ville devient ensuite une cité corsaire, avec des personnages célèbres comme Duguay-Trouin et Surcouf, puis joue un rôle important dans le commerce triangulaire. 

 

Des courses de référence et des skippers de renommée  

Saint-Malo est le berceau de la Route du Rhum, la célèbre course transatlantique en solitaire à la voile à destination de la Guadeloupe et qui se déroule tous les 4 ans. La ville accueille également la Transat Québec Saint-Malo, plus ancienne course hauturière d’Ouest en Est sans escale et en équipage. Elle se tient elle aussi tous les 4 ans et la prochaine édition est prévue pour juillet 2024. 

Lors de ces courses, les locaux de l’étape parviennent régulièrement à tirer leur épingle du jeu et Saint-Malo compte sur une vraie lignée de skippers de course au large. Maxime Sorel, Gilles Lamiré, Thibaut Vauchel-Camus, François-René Carluer… Impossible de citer tous les Malouins qui ont marqué la voile de leur empreinte, mais voici un zoom sur trois noms à retenir : 

 

Saint-Malo

 

La famille Escoffier 

Triple vainqueur de la Route du Rhum en multicoque 50 pieds et de la Transat Jacques-Vabre, Franck-Yves Escoffier a vu plusieurs membres de sa famille marcher sur ses traces :  

  • son fils Kevin a terminé à la cinquième place de la Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne en 2020, pour sa première course en solitaire, et a pris part au Vendée Globe en 2021 ;  

  • son frère Bob a participé à la dernière Route du Rhum ; 

  • sa nièce Servane a terminé à la deuxième place de la Route du Rhum 2006 en monocoques de classe 2. Elle est par ailleurs en couple avec Louis Burton, troisième du Vendée Globe 2021 et vice-président de l'association Imoca. 

 

Victorien Erussard 

Le Malouin, skipper et officier de marine marchande, a terminé sur le podium de la Route du Rhum en 2006. Victorien Erussard est également l’initiateur et le capitaine d’Energy Observer, un navire à hydrogène qui explore et développe des technologies pour accélérer la transition écologique. 

 

Nils Boyer 

Né à Saint-Malo en 1993, Nils Boyer rêvait de participer à la Route du Rhum depuis tout petit. Il réalise son rêve en 2014, à l’âge de 20 ans seulement, et il parvient à décrocher la 6e place en Rhum Mono en 2018. Il sera de nouveau sur la ligne de départ le 6 novembre prochain à bord de l’un des 120 bateaux qui participeront à la 12e édition de la Route du Rhum. Et il portera haut les couleurs malouines !